Monsieur le ministre,vous êtes tout simplement un démagogue!! Par Cheikh Omar Diagne

0
98

A Monsieur Bruno Le Maire,

S’il y a quelques chose qui n’a pas varié dans les relations franco-africaines, c’est bien cette condescendance dans le discours des officiels français qui n’ont toujours pas compris qu’ils ne sont plus dans un empire !

« Choose africa » s’inscrit dans une dynamique perfectionniste des rapports franco-africaines tant décrié et se comprend aisément car les anciennes colonies partout dans le monde s’autodéterminent et aspirent au sommet, sauf les dirigeants africains qui se plaisent dans l’assistanat et la vassalité face à une France décadente !

Monsieur le Ministre, en parfait valet de l’Elysée, vient confirmer la phase opérative des travaux des sénateurs français en 2013 intitulé « l’Afrique, notre avenir », au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées sur la présence de la France dans une Afrique convoitée.

Monsieur le ministre, dans ce rapport, il était question de soigner l’image de la France, de rénover le partenariat et de relancer les relations « gagnant-perdant » à travers 10 priorités et 70 mesures que nous avons bien compris comme un perfectionnement des rapports néocoloniaux qui ouvrent l’ère de la Françafrique « 2.0 ».

Monsieur le Maire, vous versez dans la diversion quand vous évoquez le Franc CFA mais sachez que pour l’élite patriote de ces PAZF et la jeunesse consciente la question du CFA est déjà claire et tous les esprits avertis savent que cette monnaie coloniale vit ses dernières années, Nous en voulons PLUS !

Ce n’est pas nouveau, vous êtes dans votre rôle de défenseurs des intérêts français quand vous évoquez la stabilité. Oui, le CFA profite merveilleusement aux firmes françaises qui transfèrent sans restriction leurs revenus et à l’économie française qui n’utilise pas de devise pour s’approvisionner en matières premières.
En réalité c’est votre économie qui gagne triplement dans les mécanismes abjects du Franc CFA.

Monsieur le ministre, en vous prononçant sur le Franc CFA, vous donnez raison à ceux qui soutiennent que c’est une monnaie coloniale. Vous en parlez sans arrêt, vous participez à sa gestion par vos représentants dans les instances de gouvernance, vous le fabriquez, vous centralisez nos opérations en devise et tout cela au nom d’une fausse garantie. En effet, vous savez bien que la coopération qui touche le CFA est de nature budgétaire, logé au Trésor français, et justement dans les lignes du budget de la France, il n’y a aucun montant consacré à cette garantie fantomatique ! Nous y lisons « ZERO » sur les lignes de nos banques « non » centrales.

Monsieur le Ministre, la phase 2 de votre françafrique vomie est d’abord d’ordre stratégique et politique avant de revêtir un intérêt économique. Entre la France et l’Afrique, tous les observateurs avertis savent qui aide et qui est aidé ! Déjà Chirac clamait à qui voulait l’entendre en 2008 que « Sans l’Afrique, la France descendra au rang de puissance du tiers monde »

Monsieur Le Maire, vous osez affirmer que la France veut aider dix mille entrepreneurs africains en entrant dans les capitaux des PME/TPE ou en les finançant à des taux supérieurs à ceux pratiqués en France ?

Monsieur le Ministre, vous êtes tout simplement un démagogue !
Permettez moi de vous rappeler que vous avez une dette publique de près de 96% de votre PIB, bien au-delà de votre norme communautaire, un taux de chômage intenable que vous dissimulez par des subterfuges que tous les français ont d’ailleurs compris.

Permettez encore que je vous rappelle ces vaillants Gilets-jaunes qui ne réclament pas le ciel et qui revendiquent juste de meilleures conditions de vie. Ils réclament entre autres : qu’il n’y ait plus de SDF, un SMIC à 1300 euros Net, davantage de progressivité dans l’impôt, un même système sécurité sociale pour tous, une fin de la hausse des taxes sur le carburant, une indexation de tous les revenus à l’inflation, etc.

Monsieur le Ministre, vos efforts votre temps doivent être concentrés à servir le peuple français qui vous rémunère en vous efforçant de satisfaire leurs revendications au lieu de jouer au bon samaritain sur Dakar qui n’a pas encore rangé ses pancartes.

Les élites africaines doivent avoir conscience que le monde est en guerre et que l’émergence ne se décrète pas, elle se construit avec des changements de paradigmes et des réformes sérieuses et courageuses sur la structure de nos économies. Pour cela, ils doivent commencer à limiter les capitaux étrangers dans certains secteurs et refuser la colonisation financière des anciens colons et des nouveaux impérialistes.

Pourtant en Afrique de l’ouest, la BOAD est censé financer le développement, dans les pays comme le Sénégal, un fonds souverain a été crée en prévision aux générations futures, une DER a été mis en place et une Caisse de Dépôts est sur liquide au point d’investir dans l’immobilier. Pourquoi s’émerveiller jusqu’à mobiliser le ministre de l’économie pour 2,5 milliards, qui ne sont d’ailleurs pas gratuits ?

« Choose Africa » marque la réaction française devant les fonds arabes et chinois en pleine expansion, et une dissimulation du capital français dans des entreprises africaines pour échapper à la stigmatisation en donnant raison à Mitterrand qui en 1957 disait que « Sans l’Afrique, il n’y aurait pas d’histoire de France au 21e siècle ». Désormais, un nouvel épisode de colonisation s’ouvre avec la recherche de contrôle des start-up africain du XXIe siècle et des retour/investissement plus conséquent en faveur de l’économie française.

Les puissances se positionnent de plus en plus en Afrique, militairement et économiquement. Tout semble se passer comme si l’Afrique était un gigantesque gâteau à se partager avec à la clé une carte dénommée « carte à 1 milliard » pour répertorier les ressources et trésors du sol et sous-sol africain.

L’Afrique aux africains !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here