TOME 1: les conséquences de la pauvreté sur le développement cérébral des enfants. ( par Pape Pi Gueye)

0
36

Parlons société et économie

Le vécu, serait un facteur qui pèse sur le développement du cerveau d’un enfant.
Si on s’en tient au fait que, le cerveau a besoin d’être stimulé, d’une bonne alimentation pour son développement, alors les enfants issus de milieux défavorisés, où l’insécurité règne, la pauvreté ont beaucoup moins de chance d’atteindre leur plein potentiel de développement.

Et plus largement, le stress, le contact régulier avec des situations difficiles : ne pas manger à sa faim, être maltraité, inhibent le développement cérébral de la petite enfance.

Tous ces éléments cités sont étroitement liés aux faibles revenus familiaux. Autrement dit, les enfants seraient des victimes collatérales des conditions de vies de leurs parents. En effet, des études ont démontrées que les enfants issus des familles riches ou aisées ont beaucoup plus de chance de réussir à l’école que ceux issus de familles pauvres.

Toutefois, l’origine socio-économique d’un enfant ne détermine en rien sa trajectoire personnelle, et il existe des enfants issus de milieu très défavorisés et qui sont devenus des piliers. Par ailleurs, le développement cérébral qui s’étend sur des dizaines d’années peut être potentialisé par des actions ciblées.

Traiter le problème du retard du développement des enfants, est très urgent car cela a un impact sur le développement économique et social d’une société.

Maintenant que nous savons ce qui retarde le développement cérébral du cerveau des enfants, il faut agir de façon efficace.
Les actions qu’on peut déjà mener à notre niveau.
– Arrêter de stresser les enfants,

– Préférer discuter avec eux que de les taper tout le temps (c’est vrai que y’en a qui sont comme moi têtu comme une mule, mais il faut faire des efforts et wagni dor yi touti fadioul dara en vrai).

– Acheter des jeux qui développent le niveau d’intelligence des enfants comme le scrabble au lieu de les apprendre à danser, insulter …

– Discuter, discuter, discuter avec les enfants, donner leurs la possibilité de poser des questions. Ecouter les, même s’ils racontent des bêtises, pour pouvoir les corriger.

– Accompagner les enfants, car à force de les brimer, ils feront plus aucun effort, dites à vos enfants que vous les aimer, rares sont les parents qui montrent de l’affection à leurs enfants, même s’ils font tout leur possible pour leurs enfants soient dans de bonne conditions…

Les enfants sont l’avenir de la société.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here